Salut les amis !

Je vais vous parler d’une collection de Carddass qui me tient beaucoup à cœur. Ça fait très longtemps que je souhaite vous en parler, et ce n’est finalement que maintenant que je sors le clavier pour la partager avec vous.

Il s’agit des Carddass Akuma-kun, série composée de deux parts. C’est la première collection en dehors des sentiers battus qui m’a sauté aux yeux lors de mes débuts sur Yahoo. Leur maquette très Carddass (avec le bandeau fléché), leur côté hyper vintage, leurs couleurs criardes… ce fut un énorme coup de cœur ! Et au final, la collection fut très facile à compléter. Et si aujourd’hui les prix ont augmenté, je pense qu’avec un peu de patience et en guettant les bons plans, elle devrait toujours être assez facilement complétable.

Avant tout, qu’est-ce qu’Akuma-kun ? Il s’agit d’un manga créé par Shigeru Mizuki (le papa de GeGeGe no Kitarō) en 1963. Il aura été publié pendant deux années et le temps de trois volumes chez l’éditeur Toshansha, puis en 1966 et 1967 un tome sera prépublié dans le Weekly Shōnen Magazine de Kodansha, et enfin, en 1970 et 1971, un dernier tome fut publié dans le Weekly Shōnen Jump de Shueisha. Cette œuvre raconte les aventures de Shingo Umoregi, surnommé Akuma-kun (qu’on peut traduire par « le petit démon »), un enfant qui apparaît tous les 10 000 ans et à qui le Docteur Faust, un homme âgé de 400 ans qui attend son arrivée depuis très longtemps, confie la mission de débarrasser le monde du mal qui l’envahit peu à peu. Shingo devient donc un chasseur de démons qui va devoir sauver la Terre !

Une série animée de quarante-deux épisodes, produite par la Toei Animation, a vu le jour en 1989, et c’est cette diffusion qui a offert à ce manga quasi trentenaire à l’époque une collection de Carddass.

La part 1

La collection est répartie en deux parts, toutes les deux composées du classique trente-six regulars et six prismes et sorties en 1989, pour accompagner la série animée diffusée sur TV Asahi.

La part 2

Ce qui marque en premier, comme je l’ai écrit plus haut, ce sont les couleurs et le côté vintage omniprésent. Ensuite, ce sont les symboles mystiques, comme l’étoile à six branches sur le recto des cartes, ainsi que le bestiaire, qui est super varié et très intéressant graphiquement.

Le dos

Parmi ce bestiaire, il y a par exemple le squelette en haillons, la momie, le monstre avec des yeux sur l’ensemble du corps, le vieux sage à la tête en croissant de lune, l’homme poisson, la sorcière, la gargouille, le Baphomet violoniste (qui me fait penser au Violoniste vert de Chagall), le triton barbu, le lion gentilhomme, le pharaon et sa femme, le Azazel au serpent qui sort de l’entrejambe, le Cerbère noble aux pattes d’oiseau, le monstre bleu au serpent, et j’en passe.

J’adore aussi cette carte, dans laquelle on voit Mephisto et Shingo conduire une voiture totalement macabre, cette scène rappelant la série animée les Fous du volant :

Cette collection possède, comme beaucoup d’autres collections de Carddass, une règle de jeu qui peut permettre de jouer avec.

Je n’ai pas accès aux règles, mais on peut essayer de les deviner ensemble. Il existe deux types de cartes : des cartes de combat et des cartes de support. Les cartes de combat possèdent trois zones de couleur, avec dans chacune une puissance :

  • La puissance magique ;
  • La puissance d’intelligence ;
  • La puissance physique.

La somme de ces trois puissances est inscrite en grand sur la carte, parfois en noir, parfois en rouge :

À côté de ça, il y a donc les cartes support, qui peuvent doubler la puissance totale ou l’augmenter d’un certain nombre de points :

Et certaines cartes combat ont également un power-up, qui, je pense, s’ajoute à l’un des trois types de puissance au choix :

Suite à cet épluchage des cartes, je peux imaginer des règles :

  1. On compare les puissances totales des deux cartes qui s’opposent.
  2. Si les puissances sont égales, celui qui a le total en rouge est vainqueur.
  3. Si les puissances sont égales et de la même couleur, on compare les niveaux de l’un des trois types de puissance (comment choisir lequel comparer ? Ça, je n’en ai aucune idée.)
  4. Et les cartes support viennent bousculer un peu ces règles, mais je ne sais pas à quel moment on peut les appeler.

Voilà pour la présentation de cette collection de Carddass hyper sympa ! J’adore ces cartes, et c’est vraiment dommage qu’il n’y ait eu que deux parts (mais c’est totalement compréhensible vu le très faible apport de ce manga et de son adaptation animée dans la culture japonaise). Avoir complété les deux parts rapidement a aussi fait que je suis très vite passé à autre chose, et c’est dommage. Mais c’est toujours un bonheur de les admirer !

Si vous souhaitez admirer toutes les cartes, elles sont disponibles sur Anime Collection !

Une nouvelle série animée est annoncée pour le centenaire de la naissance de l’auteur du manga, Shigeru Mizuki, qui sera célébré en 2022. Ce sera peut-être l’occasion de voir de nouvelles cartes honorer cette très belle licence !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.