Salut la team !

Je vais vous raconter les aventures d’un colis Mandarake !

J’ai effectué une commande au Mandarake de Sapporo le 7 novembre 2020. Le colis a été déposé à la poste japonaise le 9 novembre. Il est arrivé à Tokyo le 12 novembre, puis il est arrivé en France le lendemain. Le 15 il est parti de Roissy pour se rapprocher de chez moi.

Cependant, c’est à ce moment-là que ça a commencé à déconner. Sur le suivi japonais, le 17, il avait pour statut « FRANCE, Retention », alors que le suivi français n’avait pas bougé depuis le 15.

Le 27 novembre, je contacte la Poste sur Twitter. Et là, ô surprise, la personne que j’ai en ligne me dit que le colis est présent à mon bureau de poste depuis le 18 novembre. Je suis heureux et je file le chercher. Sauf que tout n’est pas si facile…

Effectivement, au bureau de poste, ils ne savient pas où il est. La guichetière dit clairement, après avoir regardé le suivi sur sa tablette, « C’est quoi ce foutoir ? » Elle fouille intégralement le local de stockage colis avisés, il est introuvable. Et, pour couronner le tout, en vérifiant le même numéro de suivi sur son ordinateur, elle obtient quelque chose de différent que ce qu’elle a sur sa tablette. « Je n’ai jamais vu ça » s’exclame-t-elle.

Apparemment, le colis serait disponible dans une ville à 10 km de chez moi, dans l’agence centralisatrice du courrier du département, ce qui n’a aucun sens. Apparemment, selon l’ordinateur de la guichetière, il y a eu une tentative de distribution le 17 novembre, puis il est retourné dans cette ville. Alors qu’étant en télétravail et ayant un gardien qui récupère les colis, ce n’est pas possible. La guichetière enregistre de son plein gré une réclamation à mon nom, puis je rentre chez moi.

Une fois chez moi, j’ai des nouvelles d’un conseiller de la Poste sur Twitter, mais sur un autre compte Twitter cette fois-ci, sur lequel j’avais tenté de les relancer vu que la première fois ils avaient mis beaucoup de temps à me répondre. Le conseiller m’annonce ce que je sais déjà : le colis est à disposition dans cette ville à 10 km de chez moi. Sauf que je ne vais pas m’amuser à me déplacer pour récupérer un paquet dans un centre de distribution dans lequel on va me rire au nez si je demande ça, et de toute façon je ne suis pas véhiculé et en transports c’est la giga galère.

En même temps, le conseiller sur mon autre compte Twitter me dit lui que le colis est à mon bureau de poste. Mais comment font-ils pour avoir des informations aussi contradictoires ? Il m’assure haut et fort que si le colis n’a pas été flashé, il est y bien présent. Pourtant, le local en question a été fouillé et ne présente bien aucune trace de mon paquet.

Suite à ça, je n’ai plus le moindre espoir de récupérer rapidement mon colis et j’attends de voir s’il retourne à l’expéditeur.

Et effectivement, le 22 décembre, le suivi bouge enfin. Il retourne bien à l’expéditeur, où il arrivera le 1er janvier 2021.

Suite à ça, comme Mandarake ne me contacte pas pour me proposer un nouvel envoi, je suis obligé d’aller moi-même vers eux pour qu’ils se bougent. Je leur demande de faire un envoi avec DHL pour être sûr de le recevoir et pour que ça soit rapide.

Et comme prévu, ç’a été rapide. Mais comme prévu, malheureusement, j’ai été douané. À un montant de 24,50€, soit presque le montant des achats contenus dans le paquet.

Ce n’est pas grave, le plus important c’est de l’avoir reçu !

Alors, qu’y avait-il dedans ?

Eh bien… ça ! Un full set et deux prismes. Tout ça pour ça, hein ? C’est pour ça que je ne m’inquiétais pas, rien de rare ou cher. Et entre-temps, l’une des deux prismes je l’ai eue dans un lot d’un des précédents colis Yahoo.

Mais la collection avance tout de même, plus que 15 Carddass Gaiden SD Gundam et 83 Shin Carddass Gaiden SD Gundam !

À plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.