Salut tout le monde !

Comme vous le savez, j’aime beaucoup les cartes japonaises de la Golden Decade (1988-1998) et parmi celles-ci, il y a deux sortes de cartes (et d’accessoires) dont je suis particulièrement friand : les cartes J.League et les cartes Barcode (avec leurs consoles portables LCD).

Aujourd’hui, je vous présente un pack magique qui croise les deux : le J.League Official LCD Game Barcode Eleven d’Epoch !

J’ai déjà présenté ici plusieurs cartes de J.League, essentiellement des cartes de l’éditeur Calbee (dont vous pouvez découvrir les magnifiques visuels des cartes de la saison 1992~93 de J.League sur une page dédiée), mais je n’ai pas encore parlé de la série des Barcode Battler éditée par Epoch. J’en possède plusieurs packs, mais comme mes connaissances ne me semblent pas encore suffisantes, les articles ne seront pas pour tout de suite. Cependant, petite exception pour le Barcode Eleven, qui est un set unique et donc sans trop de difficultés à aborder !

Déjà, pour commencer, parlons un peu d’Epoch. Quel est cet éditeur peu connu chez nous ?

Entreprise fondée en 1958 au Japon, Epoch est à ses débuts spécialisée dans les jouets, en particulier les jeux de plateau, pas des jeux de société mais des jeux qui représentent en modèle réduit des oppositions entre deux joueurs (guerres, rencontres sportives). Les deux jeux les plus représentatifs de cette période sont le jeu de baseball et le jeu de bataille navale.

À partir de 1975 et avec l’arrivée des jeux électroniques, l’entreprise en profite pour produire la toute première console de jeux vidéo de salon japonaise, le TV Tennis.

Suite à cette réussite, Epoch continue sur cette lancée et lance d’autres consoles de jeux vidéo, mais aussi des jeux pour les consoles de Nintendo, en particulier les jeux tirés du manga Doraemon, dont l’entreprise a longtemps été l’éditeur. Un Doraemon Kart est d’ailleurs sorti sur Game Boy en 1998 et je dois dire qu’il me fait sacrément envie.

Et, bien sûr, c’est pour ça qu’on est là aujourd’hui, Epoch a également créé des consoles portables LCD et des cartes, dont les fameuses Barcode Battler et leur sous-licence Conveni Wars !

Revenons à notre sujet, qu’est-ce que le Barcode Eleven, et qu’est-ce qu’il y a dedans ?

Le J.League Official LCD Game Barcode Eleven est un jeu vidéo qui permet de simuler des rencontres de football de première division japonaise, rien que ça !

Dans ce pack, on a déjà droit à une boîte avec rabat, ce qui n’est pas sans rappeler cet âge d’or du packaging de jouets. On a une console LCD portable avec laquelle on peut scanner les code-barres des cartes incluses. À première vue, les visuels des cartes sont les mascottes des clubs de J.League !

En regardant au dos et sur les côtés de la boîte, on a un aperçu des cartes, ce qui confirme notre première intuition : pas de joueurs, ce sont bien les mascottes qui sont les stars du jeu.

Et c’est trop cool !

Je ne crois pas avoir déjà parlé ici des cartes des mascottes des clubs de J.League, en tout cas j’en suis très fan ! Celles que j’avais déjà font partie de la collection des J.League Chips de Calbee et je les aime trop, ces mascottes sont trop stylées.

À l’intérieur, pas de surprise : on a exactement ce que l’on voyait à travers le volet transparent, avec tout de même le manuel d’utilisation en plus !

Bon, parlons des cartes, car c’est surtout ça qui nous intéresse !

On a déjà un premier set de douze cartes mascottes. L’année de production n’est indiquée nulle part, ni sur la boîte, ni au dos des cartes, mais on sait que le pack n’est pas sorti avant la fin 1993, car les clubs Bellmare Hiratsuka et Jubilo Iwata n’ont rejoint la J.League qu’en 1994, mais l’approbation de leur entrée dans la ligue supérieure du football japonais s’est faite l’année précédente. Le pack a pu sortir avant le début de la saison afin de promouvoir la ligue désormais composée de douze clubs.

Les cartes sont vraiment jolies, avec les bordures aux couleurs du maillot de chaque club et un tableau qui présente une liste de joueurs.

Au dos, on a un code-barre et une composition de six joueurs, qui change selon le club. Je pense que le jeu lié à la console LCD prend en compte des équipes de six joueurs et chaque équipe a donc sa composition préférentielle.

Ces dos en différents niveaux de vert sont super sympas et sont vraiment dans les tons de l’époque.

On a ensuite un deuxième set de douze autres cartes. Si le premier était au format portrait, celui-ci est au format paysage. Cette fois, pas de bordure, mais une maquette plus aérée. On a en fond ce qui ressemblerait au drapeau de chaque club. Je ne sais pas si les clubs possédaient vraiment des drapeaux dans leur panoplie, mais ça y ressemble fortement. En tout cas, l’effet visuel avec ces éléments graphiques en arrière-plan mais uniquement sur la partie droite de la carte rend très bien.

Au verso, encore le même vert, mais cette fois les dos sont tous identiques. Et pas de code-barre ! Il faut tout remplir soi-même !

Et, comme pour tout pack Barcode qui se respecte, on a droit à des white cards, qui sont au nombre de six ! On peut se faire plaisir et créer les cartes qu’on veut pour créer notre meilleure équipe !

Pour ce qui est du dos, c’est le même que celui des cartes mascottes horizontales.

Et pour finir, le livret. Il explique comment jouer, il propose des stratégies, et il contient plusieurs code-barres à découper pour les coller au dos des cartes qui n’en ont pas.

Et, surtout, ce livret introduit une autre mascotte, celle des Barcode Battler, que je ne connaissais pas ! J’ai regardé les fascicules des autres packs Barcode Battler que j’ai en ma possession, et elle n’y est pas. Peut-être a-t-elle été utilisée uniquement pour les Barcode Eleven, ce qui serait vraiment dommage tellement elle a du potentiel !

Elle est vraiment trop stylée, elle me fait penser à Carddass-kun. Je vais de ce pas lui donner le nom de Barcode-kun, ce qui lui sied comme un gant !

Voilà pour cet article à propos d’un item trop stylé et pourtant très peu connu !

One thought on “Barcode Eleven”

  1. Ces mascottes de la Japan Soccer League sont génials, pour la maquette 2 des cartes, possibles que ce soit les fanion de l’équipe en effet.
    Epoch a edité des trading card en grande majorité, comme Akira, Masamune Shirow illustration, Tatsunoko world, Tetsuya Chiba genga, Mutsumi Inomata illustration.
    J’avais pas relevé qu’il faisait les Barcode, merci pour le petit historique 😉

Répondre à Kalis Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.